RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Mardi 23 juillet 2024
Rechercher

Actualités

Amendes

L'Autorité de la concurrence indulgente envers les volaillers

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le jeudi 07 mai 2015 - 16h54


Ces derniers temps, l'Autorité de la concurrence avait plutôt la main lourde. Les yaourtiers ne sont pas près de l'oublier (voir RIA News n° 563) et, avant eux, les grandes marques de lessive ou les meuniers. Elle a choisi la modération pour sanctionner l'entente qu'elle a découverte dans le secteur de la volaille. Après enquête de la DGCCRF, la FIA (Fédération des industries avicoles), le Cidef (Comité interprofessionnel de la dinde française) ainsi que "les industriels représentant la quasi-totalité du marché de la volaille sous toutes ses formes" sont reconnus coupables de "réunions et contacts illicites" de 2001 à 2007. Cependant, la plupart n'avaient pas eu lieu dans la clandestinité mais dans le cadre statutaire d'organisations professionnelles "au su de tous", comme le rappelle la FIA.

Et surtout, "en raison des circonstances très particulières de cette affaire, l'Autorité a considéré que l'engagement collectif de mettre en place une interprofession dans un calendrier contraint, pris par des industriels représentant l'essentiel du marché, est susceptible d'avoir, pour le respect durable des règles de la concurrence dans le secteur de la viande de volaille, une plus grande efficacité que des sanctions pécuniaires calculées selon la méthode habituelle", résume l'institution.

Résultat, 15,2 millions d'euros d'amendes "seulement", dont cinq pour LDC, quatre pour Arrivé (désormais dans LDC) et deux pour Gastronome. Suivent SNV, Volailles de Keranna, Loeul et Piriot, Galéo (ex-Secoué), Ronsard, Duc... Prenant en compte que, dans ce secteur, l'industriel est le seul maillon de la filière à supporter le risque de la volatilité des matières premières et qu'aucun des accusés n'a contesté le grief qui lui était fait, ces amendes ont été minorées. En outre, les difficultés financières de certains ont été prises en compte, à commencer par Doux, qui en a été totalement exonéré.

En revanche, ces acteurs ont dû s'engager collectivement à mettre en place une interprofession étendue, de la production à la distribution, une structure qui leur a précisément fait défaut, notamment au moment de la grippe aviaire ou de la flambée des céréales. Ils doivent, d'ici à dix-huit mois, préparer sa création, puis la mettre en place dans un délai de trois ans. Tout finit donc bien dans cette affaire, dont le comble est que, finalement, cette entente n'avait de toute façon pas obtenu l'effet escompté ! Les industriels du yaourt y trouveront peut-être des arguments pour motiver leur appel...

Lire le texte intégral de la décision.

Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence. Crédit photo Cédric Faimali/GFA

Partager cet article :

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK