RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Jeudi 20 juin 2024
Rechercher

Actualités

Charcuterie

Les industriels claquent la porte de l’interprofession porcine

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 29 janvier 2016 - 11h39


Les charcutiers industriels de la Fict ont décidé de quitter Inaporc, estimant que la feuille de route définie par l'interprofession fin 2014 « n'a pas été suivie d'effet ». Alors que la consommation de charcuteries serait pour la première fois depuis longtemps en légère baisse, la Fict rappelle que celle-ci représente 70 % des débouchés porcins... et insiste sur le fait que « 80 % de la viande de porc utilisée par les charcutiers français provient de France ».

L'indication de l'origine des viandes dans les charcuteries est en effet l'un des nœuds du problème. Malgré un premier accord signé en 2010 (voir RIA News n°371), son caractère obligatoire est réclamé de plus en plus fortement, tant par les producteurs — la FNSEA venait de publier un communiqué à ce sujet — que par les abatteurs, avec le soutien de l'opinion publique et des organisations de consommateurs, voire des pouvoirs publics (cf. ci-dessous). Mais les charcutiers considèrent que leur savoir-faire de transformateurs est premier pour garantir la qualité de leurs produits.

Mettant en avant leurs « importants efforts d'information aux consommateurs », ils estiment que « l'interprofession Inaporc a négligé les demandes qualitatives de la Fict ». Cette dernière regrette notamment le « déficit structurel en France sur certaines pièces de porc, telles que les jambons de taille moyenne pour la fabrication du jambon cuit, la viande de coche pour la fabrication des rillettes et du saucisson sec, les boyaux naturels pour les saucisses et les saucissons ou encore les viandes de porcs bio ou rustiques ».

Bref, la Fict rejette « les stratégies perdantes de l'actuelle interprofession » et ne veut plus participer à ses « discussions stériles ». De son côté, Inaporc vilipende « l'égoïsme » des charcutiers qui « semblent préférer se garder toute latitude pour pouvoir importer » et procéderaient au « sabotage de l'effort collectif ». Voilà qui risque de ne pas faciliter les discussions autour du prix du porc, un autre nœud... au moins aussi serré.
Crédit photo : Jérôme CHABANNE

Partager cet article :

Mots-clés associés : , ,

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK