RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Lundi 27 mai 2024
Rechercher

Charcuterie-traiteur, plats cuisinés

Ravioles, pâtes fraîches

Saint Jean lance un plan d’investissement de trente millions d'euros

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 20 octobre 2017 - 12h42


Prévoyant d'atteindre 70 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017, Saint Jean a depuis quinze ans enregistré une croissance annuelle moyenne de 12 %. « Nous devons notre capacité à générer de la croissance à notre actionnaire, qui nous donne d'importants moyens pour investir à moyen et long termes », explique Guillaume Blanlœil, son directeur général. La filiale de la holding Sabeton, détenue par Claude Gros, parvient de son côté à dégager un excédent brut d'exploitation de 12 % environ : « C'est le juge de paix », poursuit-il.

Avec quatre sites en Auvergne-Rhône-Alpes employant 400 salariés, l'entreprise de Romans, dans l'Isère, produit 16 500 tonnes de ravioles (sous label rouge ou IGP notamment), pâtes fraîches et autres quenelles. Après avoir consacré 25 millions à ses outils entre 2014 et 2017, elle entame un plan d'une trentaine de millions d'ici à 2025. Un nouveau site de pâtes fraîches va notamment être construit à Romans, dans les deux prochaines années, portant sa capacité de 8 000 à 20 000 tonnes dans ce domaine. L'usine historique de Romans sera spécialisée dans les ravioles, passant de 5 500 à 8 000 tonnes, tandis que les capacités logistiques seront adaptées en conséquence.

« Nous dimensionnons nos outils pour les dix prochaines années, résume Guillaume Blanlœil, avec l'objectif de dérégionaliser la consommation de nos produits et, même, de développer l'export. » Également fournisseur de MDD (20 % de ses ventes), l'entreprise dispose d'une marque leader du marché des ravioles dont elle détient 47,4 % en valeur, devenue numéro trois des quenelles derrière Giraudet et Lustucru Frais, se développant dans les pâtes farcies ainsi que dans les pâtes fraîches bio.

« Saint Jean va s'imposer comme le spécialiste de la pâte fraîche de manière transverse », annonce son nouveau directeur marketing, Bruno Gil, venu du groupe Aoste. La marque a pour cela adopté une nouvelle charte (logo, signature...) et entame de nouvelles actions publicitaires. Objectif final : maintenir une croissance de 10 % par an et atteindre 85 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020. Et ce n'est pas tout : l'entreprise se dit publiquement en recherche de sociétés à acquérir, par exemple dans les produits du terroir rhônalpin. Avec des reins solides, selon Guillaume Blanlœil : « Une acquisition de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires serait dans nos cordes. »

 

Partager cet article :

Mots-clés associés : , , , ,

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Dernières Charcuterie-traiteur, plats cuisinés

Tous les articles par filière

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK