RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Vendredi 21 juin 2024
Rechercher

Actualités

Consommation

Les surgelés et l’ultrafrais cherchent à rebondir

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 23 juin 2017 - 11h37


Alors que les produits traiteur frais se sont imposés comme les stars de l'univers alimentaire (voir RIA News n°666), leurs deux prédécesseurs à ce titre − les produits laitiers ultrafrais et les surgelés − sont à la peine. Ils ne parviennent plus à profiter de l'engouement, au détriment progressif de l'épicerie, des consommateurs pour les produits sous température dirigée.

Dépassant naguère les dix milliards d'euros de chiffre d'affaires, le grand froid est désormais évalué − tous circuits confondus − à neuf milliards. L'an dernier, ses ventes ont baissé de 0,7 % en valeur et de 1,3 % en volume (deux millions de tonnes également réparties entre le domicile et le hors-domicile). Si les pizzas ou les produits à base de pommes de terre restent en croissance (+ 5 % et + 1,5 % en volume), produits carnés et produits de la mer sont en recul (- 3 % et - 7,7 %). Le marché souffre notamment en grande distribution d'un rayon coûteux et souvent mal tenu. Mais les Entreprises des glaces et des surgelés veulent croire dans les atouts de leur technologie : antigaspillage, portionnabilité, praticité.

Avec une baisse de 2,6 % en valeur et de 2,1 % en volume, le sort des produits laitiers frais n'est pas plus enviable, bien que leur fragilisation soit plus récente. Ils restent certes le premier rayon des GMS en chiffre d'affaires (près de 4,6 milliards d'euros, pour 1,8 million de tonnes), mais toutes leurs catégories sont en berne : yaourts (- 2,1 % en volume), fromages frais (- 3,7 %), desserts (- 0,8 %) et crèmes fraîches (- 1,8 %). En cause, notamment, la concurrence des substituts végétaux et une image santé des produits beaucoup moins puissante que par le passé. « Nous devons mener un travail de fond pour trouver des leviers qui nous permettent de sortir de l'ornière », résume Jérôme Servières, président de Syndifrais.

Bien que très différents, ces deux univers ont également subi certaines hésitations de leurs principaux acteurs. En surgelés, les grands groupes (Nestlé et Unilever notamment) se sont pour beaucoup désengagés et Nomad, issu de la fusion de Findus et d'Iglo, ou LDC, repreneur de Marie, se cherchent dans un marché également animé par les spécialistes (McCain, Bonduelle, Charal...). En produits laitiers, Danone tente encore de rebondir, après avoir beaucoup misé sur les allégations santé, tandis que les marques outsiders grappillent ses parts de marché.

Crédit photo : Jean-Pierre Amet

 

Partager cet article :

Mots-clés associés : , , , , ,

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK