RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Lundi 17 juin 2024
Rechercher

Actualités

États généraux de l'alimentation

La Feef ne valide pas le relèvement du seuil de vente à perte

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 27 octobre 2017 - 12h00


Avec son président, Dominique Amirault (en photo), la Feef (Fédération des entreprises et entrepreneurs de France) fait entendre une voix discordante dans le concert assez consensuel − lui va jusqu'à parler d'entente − qui a réuni la FNSEA, l'Ania et la FCD à l'occasion des états généraux de l'alimentation (voir RIA News n°678). Bien qu'elle ait partagé le diagnostic qui avait été élaboré à leur ouverture, la Feef s'est depuis opposée au projet de relèvement du SRP (seuil de vente à perte). « Cette mesure ne résoudra en rien la destruction de valeur dont elle ne vise que les symptômes, estime Dominique Amirault. Puisque, en réalité, la guerre des prix se focalise beaucoup plus à l'amont qu'à l'aval, il est faux de dire que la majoration du SRP profitera aux PME. »

Pour sa part, la Feef prône une « approche différenciée et collaborative », à l'image des accords qu'elle a déjà passés avec la distribution. « Cette démarche a fait ses preuves, affirme Dominique Amirault : les marques de PME expliquent aujourd'hui 80 % de la croissance des ventes de la grande distribution. » De fait, la tendance est durablement attestée par les chiffres des panels. Ainsi, Nielsen calcule que, dans un marché de la grande consommation évoluant en valeur de 1,1 % (*), les marques de PME surperforment à 5,5 %, et ce avec un indice prix de 140. Plus précisément, la croissance des TPE atteint 3,3 %, celle des PME (au sens strict), 6,7 %, celle des ETI, 4,1 %, quand les grands groupes ne progressent que de 0,6 %.

Avec ces chiffres et bien d'autres (un produit sur deux − MDD comprises − vendu en GMS provient des PME, par exemple), la Feef ne manque pas d'arguments pour faire valoir sa position, même si elle relaie au passage celle de Michel-Édouard Leclerc (voir RIA News n°676). Le discours présidentiel de Rungis tentait d'instaurer un compromis (voir RIA News n°677). Si sa proposition d'inverser la construction du prix en la basant sur les coûts de production − le « tarif commercial de référence » selon la Feef − ne trouve pas de détracteur, les crispations sur le SRP refont déjà surface.

(*) PGC+FLS en hypers, supers, SDMP (ex-hard discount), drive et proximité, en cumul courant au 24 septembre 2017.

 

Partager cet article :

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK