RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Mardi 23 juillet 2024
Rechercher

Actualités

Etiquetage

Viande de cheval : nouveaux rebondissements

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 01 mars 2013 - 16h15


L'affaire de la viande de cheval est restée sous les feux de l'actualité alors que s'ouvrait le Salon de l'Agriculture. Après que de la viande chevaline a, de nouveau, été détectée dans des produits alimentaires, cette fois-ci de la marque Iglo (non vendus en France) ainsi que dans des boulettes de viandes proposées dans les magasins Ikea, une nouvelle marque est arrivée sur le devant de la scène. L'entreprise William Saurin (Financière Turenne Lafayette), opérant sous licence pour la société Panzani, a également constaté la présence de viande de cheval dans sa production de raviolis. Cette viande ne proviendrait apparemment pas du premier circuit identifié.

Après avoir explicitement soulevé la question de l'existence de plusieurs filières frauduleuses, Benoît Hamon, ministre délégué chargé de la Consommation, vient de confirmer que les filières viandes et poissons sont désormais placées sous surveillance renforcée pour toute l'année. La DGCCRF mènera des contrôles ciblés sur l'ensemble des circuits de commercialisation tout en s'assurant de la réalité des retraits des produits concernés par le circuit "Spanghero". Enfin, des prélèvements aléatoires seront opérés sur les produits préparés à base de bœuf.

Pendant ce temps, industriels et distributeurs se sont mobilisés. Findus annonce que 100 % de ses viandes bovines seront estampillées VBF d'ici à la fin mars. Intermarché décide d'apposer une étiquette "Jean Rozé, bœuf 100 % français" sur ses marques Claude Léger, Monique Ranou et Itinéraire des Saveurs. Carrefour s'engage à ne plus utiliser que de la viande bovine et porcine 100 % française dans ses plats cuisinés frais et surgelés sous MDD. Raynal et Roquelaure constate que les tests ADN réalisés dans ses produits se sont révélés conformes.

En attendant, les dégâts de cette affaire ne vont sans doute pas tarder à se faire sentir. Le marché des plats cuisinés surgelés à base de bœuf aurait chuté de 45 %. Et on attend les résultats des enquêtes de consommation sur d'autres catégories qui pourraient être touchées. Spanghero vient de décider de stopper son activité de négoce mais risque de peiner à faire redémarrer ses autres activités.

A plus long terme, le gouvernement marque sa volonté d'accélérer l'évolution réglementaire sur l'étiquetage de l'origine des viandes. Le commissaire européen en charge de la Santé et de la Consommation s'est engagé à présenter un rapport sur la question à la fin de l'été ou, au plus tard, au début de l'automne.

 

Partager cet article :

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

Les sujets
LES PLUS LUS

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK